Mis à jour : sept 14

Lundi 22 juillet 2019, nous sommes chez François et Isabelle avec qui nous passons la journée. Nous partons tous les 7 pour une promenade à vélo le long de la rivière Jacques Cartier. Nous pique-niquons à une quinzaine de km sur les cailloux le long de la rivière, sur un spot digne d’une publicité pour les saucisses Herta, mais avec une nourriture plus saine. Rigolade, fabrication de bateaux à destination des rapides, sieste : tel est le programme de l’après midi.

Nous rentrons pour une dernière soirée ensemble pleine d’échanges où nous continuons à nous découvrir. C’est une rencontre émouvante, touchante, profonde comme beaucoup l’ont été, une de celles qui touche au coeur, qui réconcilie avec l’humain si tant est qu’il y en ai besoin, une qui inspire et qui amène son complément de réponses ou de pistes aux grandes questions que l’on se pose et qui attise la passion : ce sentiment qui fait se joindre l’amour et la découverte, si vital, que je ne me lasse pas de ressentir depuis le début de cette aventure.

 

Mardi, nous quittons Isabelle et François avec une belle émotion contagieuse et sincère et reprenons la route pour une série d’étapes qui nous mèneront à Montréal. Nous rejoignons la rive nord du fleuve Saint Laurent et roulons jusqu’au moulin de Grondines où nous dénichons un petit parc qui paraît parfait pour planter nos tentes. Le spot étant encadré par plusieurs habitations, nous allons toquer chez la voisine la plus proche afin de s’assurer que ça ne gêne pas si nous nous installons. Bien sûr, elle nous y encourage et nous propose un ravitaillement en eau avec un grand sourire. Nous mettons le camp en place au crépuscule, pour notre dernier bivouac sauvage, profitant d’un ciel rougeoyant agrémenté d’un arc en ciel de l’autre côté du Saint Laurent.

 

Mercredi, après une bonne nuit et sous le soleil, nous prenons notre petit déjeuner au calme dans le parc. Nous nous dirigeons ensuite vers Trois-Rivières. Lors d’une pause sur une halte routière, nous rencontrons Dave qui traverse le Canada sur un Monocycle : 6000km et 15 chutes depuis son départ de l’île Victoria. C’est impressionnant, la roue est immense et pour démarrer il doit littéralement sauter sur ses pédales ! Incroyable… Il nous explique qu’ils sont une petite dizaine dans le monde à voyager comme ça : tu m’étonnes ! Nous essuyons deux crevaisons dans la journée : la fameuse loi des séries ! En fin d’après midi, nous rejoignons l’île de Saint Quentin à Trois rivières où nous passerons la fin d'après midi et la nuit.

 

Jeudi, nous prenons notre temps et partons en fin de matinée. A 15km, à peine sortis de Trois-Rivière, nous nous arrêtons déjeuner dans un parc. Léna n’est pas trop dans son assiette aujourd’hui, et nous restons longtemps posés, jusqu’à 16h. Maxime en profite pour se baigner et les autres pour lire. Nous repartons ensuite pour une quarantaine de kilomètres jusqu’à Louiseville où nous décidons d’aller souper dans un restaurant familial avant de chercher un bivouac.

Nous demandons à la serveuse si elle connaît un endroit où nous pourrions monter notre camp. Elle nous conseille gentiment d’aller demander au motel le plus proche si nous pourrions planter nos tentes sur leur terrain. Nos voisins de table entendent la conversation et nous proposent gentiment de nous installer dans leur jardin à 500m de là. Gisèle et Henri seront nos derniers hôtes « improvisés » de l’aventure. A l’image de tous ces gens généreux qui nous ont hébergés depuis le départ : pleins de petites attention, désireux d’accueillir et de partager.

 

Vendredi, après une nuit parfaite sur un gazon idéal tant en densité qu’en longueur de taille (nous devenons experts…), nous prenons un café, un thé, un jus de fruit et des fruits frais avec nos hôtes en faisant plus ample connaissance. Avant que nous partions, Henri nous donne une bouteille de sirop d’érable de sa propre production : un délice ! Après une dizaine de km, nous nous arrêtons prendre un « gros » petit déjeuner dans un bistrot dont nos hôtes nous ont dit le plus grand bien.

Nous visons aujourd’hui un camping à Saint Sulpice pour notre dernière nuit en tente. Mais avant d’y arriver, nous nous rafraichissons à la piscine. Ici, au Québec, les piscines municipales sont gratuites et en accès libre mais peu fréquentées, et compte tenu de la chaleur, c’est une aubaine pour nous ! Nous nous installons ensuite au camping, au bord du Saint Laurent. Avant de passer notre dernière nuit en tente, nous mangeons une dernière fois des pâtes cuites au réchaud et profitons d’un dernier feu de bois !

 

Samedi matin, je me lève à 5h du matin alors que le camping dort encore, pour profiter d’un dernier lever de soleil dans le seul bruissement de la nature qui s’éveille, en buvant un "café d'aventurier" (soit un café vraiment pas terrible en fait...)

Lever de soleil - Saint Sulpice - QuebecLever de soleil - Saint Sulpice - Quebec

C’est une émotion intense qui s’empare de moi à cet instant. Je suis serré dans l’étau multiple de la nostalgie de la fin d’aventure, la beauté de cette nature que j’ai redécouverte et dans laquelle je me suis reconnu comme jamais, la force de cet amour qui nous unit et qui a mûri avec nous, la plénitude introspective, et la perpective d’une nouvelle aventure à venir symbolisée par le soleil rougeoyant qui se lève sur le Saint Laurent encore pour briller et jouer son rôle simple et efficace de pourvoyeur de vie…

L’étape du jour nous mènera à Montréal où nous passerons à nouveau quelques jours avant de décoller pour Nantes. Nous profitons à fond de ce dernier « ride » rural avant d’emprunter les pistes cyclables du nord de Montréal. Nous passons une fin d’après midi au calme dans la maison que nous prête gentiment André, le cousin de François, tout aussi généreux et inspirant.

 

Dimanche, la matinée est consacrée à anticiper les formalités liées au vol du retour, mettre à jour le blog avec le dernier article de Léna, jouer aux kaplas en concourant à construire le pont le plus résistant possible avec quelques contraintes dimensionnelles imposées.

L’après-midi nous allons dans le quartier des spectacles pour le dernier jour du festival « Juste pour rire ». Nous y passons une super après midi, les Canadiens sont vraiment hyper bons en matière de spectacles. Nous nous régalons dans un show de chimie mené par l’excellent Yannick Bergeron qui nous fait rire à gorge déployée tout en expérimentant avec passion quelques réactions chimiques spectaculaires. Ensuite nous sommes conquis par les « Bleu Jeans Bleu », un groupe Québécois avec une énergie et une intelligence musicale incroyable et un humour au 3è degré qui en fait le groupe dans lequel j’aurais rêvé de jouer ! Nous observons ensuite, intrigués, un spectacle d’hypnose sur la grande scène, puis nous assistons enfin à un concours de stand-up assurés par de jeunes humoristes (13-18 ans).

 

Lundi 29 juillet, nous filons au Mont Royal à la recherche d’un message qui nous est destiné, caché par notre ami nantais Loïc lors de son passage au mois de septembre de l’année dernière. Il nous a transmis les coordonnées GPS et une photo de l’endroit. Avec ces indications nous trouvons une mignonnette contenant une lettre sous une pierre entre 2 arbres. Le message est super, avec un goût de "retour vers le futur », Loïc se projetant un an plus tard, c’est à dire maintenant, lorsqu’il a écrit le mot. Et il vise juste, imaginant les sentiments contrastés que nous vivons à 2 jours de la fin de l’aventure.

 

Nous rejoignons ensuite le centre ville par les escaliers avant de filer en direction du parc Olympique construit en des temps records à l’occasion de JO de 1976. Après avoir traversé le parc, nous décidons d’aller nous faire un cinéma et regarder « le roi lion ». Un film qui tombe à pic pour nous : la vie est elle une ronde infinie ou une ligne droite ???

 

 

Mardi, nous filons en centre ville pour déjeuner. Léna va voir l’exposition consacrée au grand couturier et styliste Thierry Mugler au musée des beaux arts pendant que nous nous promenons avec les enfants et que nous passons par les mains des coiffeurs du quartier.

 

Mercredi, c’est le grand jour. Après avoir rangé la maison nous chargeons les vélos pour une vingtaine de kilomètres qui nous mèneront à l’aéroport. Nous savourons pour ces dernières heures la complicité de notre fine équipe en vase clos et dans un contexte d’aventure. Entre sourires et presque larmes on se comprend tous les 5, sans trop en dire, encore ce sentiment de nostalgie mêlé à celui de la reconnaissance pour ces moments heureux.

 

L’avion décolle à minuit heure locale. 6 heures plus tard, jeudi, nous arrivons à Nantes avec un plus ou moins gros manque de sommeil. Après avoir récupéré nos vélos et nos bagages nous retrouvons parents / grand-parents et amis qui sont venus nous accueillir chaleureusement, chacun plein d’attention. Dans la bonne humeur et la joie des retrouvailles, nous préparons les vélos sur le parvis, réparons une dernière crevaison (si si !) et nous partons sous bonne escorte pour notre dernière étape d’une dizaine de km qui nous ramène à la maison : la boucle est bouclée ! Ça y est… La journée continue chez nous dans la chaleur des retrouvailles, autour d’un buffet préparé par notre incroyable cousin Olivier et par nos parents (Merci ! Merci !). Les amis qui sont là se relaient jusqu’au soir.

 

 

 

Nous nous couchons fatigués mais heureux de ce que nous avons vécu, rassurés et portés par la bienveillance de ceux qui étaient là, par les multiples attentions reçues au travers de messages de ceux qui ne pouvaient être là, et par tous ceux qui nous ont soutenus d’une façon ou d’une autre pendant ce voyage. Encore mille mercis pour tout ça !

 

Pour moi, cette aventure aura été avant tout sous le signe de la rencontre :

  • Les rencontres incroyables et inspirantes tout au long du voyage : la rencontre avec l’humanité.

  • Les rencontres à distance, inattendues, avec des relations fortes qui se sont créées dans le partage d’expériences et dans la correspondance régulière.

  • La rencontre avec les cultures et les référentiels différents et pas moins "riches" ni moins "vrais" que ceux dans lesquels nous avons grandi.

  • La rencontre avec notre univers, son immensité, la beauté de la nature.

  • La rencontre avec nous même, en tant que famille et individus.

La dimension philosophique de ce voyage que j'espérais pour moi initiatique a été prédominante et sans rentrer dans les détails, elle pousse vers des directions et des choix de vie différents. Léna sera là comme elle l’est toujours pour équilibrer ces choix, avec sa sagesse et sa capacité instinctive à vivre le moment comme il se présente.

Equilibre vs Absolutisme, Vision Locale vs Vision Globale, Petits pas vs Cap, Intuition vs Rationalisation, Contemplation vs Action, Participation vs Compétition... Voilà aussi ce que j’ai compris à l’échelle du couple : nos différences sont nos compléments et nous tirent vers le haut si on les aime et les vit comme une opportunité. En élargissant cette règle à la famille, nous avons une équipe de choc et je suis heureux d’en faire partie !

 

Bon, on ne va pas trop se prendre au sérieux quand même hein ! Un blog qui ne se termine pas par une "vraie" citation n’est pas un bon blog : on va même en mettre deux…

 

Tout d’abord, juste parce que je la trouve belle et que c’est un bel axe de travail par les temps qui courent :

« Mieux vaut parfois aimer les autres que de leur dire notre vérité. Il y a quelque chose de supérieur à la vérité : c’est l’amour » - Jean d’Ormesson - « Guide des égarés » (merci Tom !)

 

Et enfin, parce qu’elle est beaucoup plus profonde qu’elle en a l’air et que finir avec ce grand philosophe c’est vraiment la classe internationale :

« Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien…» - Jean Claude Vandamme

Lundi 15 juillet 2019, Gilles et Thomas se lèvent les premiers et profitent de ce moment pour échanger autour du feu. Thomas a également une expérience du voyage à vélo. Il est parti il y a quelques années pour un tour du monde et s’est finalement arrêté après deux années et a pris racine à Taïwan pour apprendre le chinois. Il y vit maintenant et parle couramment chinois. C’est impressionnant de l'entendre alterner français et chinois.

 

Pour le petit déjeuner, c’est gruau (flocons d’avoine) au feu de bois. Jean a fabriqué un trépied sur lequel il accroche une marmite. La matinée passe vite, nous discutons autour du feu, Jean nous explique la construction du dôme, nous montre ses livres d’hôte, un vrai trésor. Il a demandé à chaque personne qui l’a hébergé de lui écrire un mot. 11 années de voyage, 15 carnets remplis où se côtoient  une grande partie des langues de notre planète. 

 

 

Gilles, qui adore les feux de bois, s’occupe de la cuisson des œufs et des pâtes. Avant de passer à table, nous faisons la cérémonie de la passation du livre : nous transmettons le livre à Jean qui ensuite le remet à Thomas. La boucle est bouclée. Le livre a voyagé pendant 4 ans et a fait le tour du monde dans les sacoches de cyclotouristes français. 

 

 

Dans l’après-midi nous nous rendons à Asbestos, une ancienne mine d’amiante à ciel ouvert.

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Site d'extraction de l'amiante à Asbestos

 

 

Au retour, Bonnie et Thomas nous quittent et nous demandons à Bonnie de nous écrire un petit mot.

 

Nous allons tous faire une sieste puis soupons et parlons autour du feu. Jean a sorti la guitare de son fils et Gilles et Maëlle  nous offrent de jolies mélodies. Jean nous raconte des moments de son voyage et notamment les sons. Il nous montre des vidéos de chants d’Afrique du Sud où la chanteuse utilise des clics, claquements de langues. Puis il est grand temps d’aller nous coucher.

 

 

 

 

 

 

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Jean et son super dôme

Mardi, nous nous levons tranquillement et profitons encore quelques heures de Jean. Au moment du départ, Jean nous demande de lire à tour de rôle le mot que nous lui avons écrit dans le carnet d’hôtes. Quand mon tour arrive, je m’adresse à Jean avec beaucoup d’émotion. Les larmes montent, ce qui n’étonne pas les enfants qui ont l’habitude de se moquer de moi quand je pleure devant un film (je pleure facilement). Vient le tour de Gilles qui n’en mène pas large. Les larmes lui viennent aussi.

 

Nous espérons revenir un jour au dôme et expérimenter un peu plus longtemps la vie que mène Jean au cœur de la nature. J’adorerai revenir en hiver, tout est recouvert de neige et il faut descendre de la forêt en raquettes pour accéder à la route. Nous redescendons le mont Scotch encore émus et heureux de cette merveilleuse rencontre.

 

La journée nous réserve encore son lot d’émotion. Ce soir, nous retrouvons Fanny (la sœur cadette de Gilles), Arnauld, Paloma et Félicie. Ils viennent passer quelques semaines au Québec pour les vacances d’été.

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Les 11 000 km !!!

Après 4 kilomètres, nous nous arrêtons. Ce sont nos 11 000 km et cela fait exactement un an que nous sommes partis. Le 16 juillet 2018, le lendemain de la victoire des français au mondial de football masculin, nous fermions notre maison et partions sans réaliser que nous ne reviendrions que dans un an. Nous faisons le traditionnel selfie et reprenons notre route.

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
La Route Verte n°1

Nous rejoignons rapidement la Route Verte n°1. Les Routes Vertes sont un réseau de pistes cyclables au Québec. Les voies sont super bien aménagées. Sur ce tronçon, il y a de nombreuses haltes avec tables de pique-nique abritées, sanitaires. Gilles et les enfants aperçoivent une biche. Avant de nous rendre au camping, nous faisons le pleins de vivres à  Victoriaville.

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Souper avec les cousins

Quand nous nous apprêtons à traverser la route pour accéder au camping, une voiture s’arrête. Ce sont les Prin. Quelle joie de revoir les cousins et pouvoir les serrer dans nos bras. Nous nous installons au fond du camping, isolés des caravanes et montons le camp. Puis apéro, souper et discussions autour du feu. 

 

 

 

 

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Les cousins

Mercredi, nous restons au camping aujourd’hui afin de profiter au maximum des cousins. Maxime est heureux de jouer au football avec Paloma. Félicie construit une petite cabane en bois avec des brindilles et des feuilles. Nous prenons notre temps puis allons tous nous baigner dans le lac du camping. C’est concours de natation synchronisée. L’équipe de Paloma/Félicie affronte celle de Fanny/Célia. C’est vraiment chouette d’être tous ensemble.

 

 

En milieu d’après-midi les Prin nous quittent pour rejoindre la cabane dans les bois qu’ils ont louée pour deux nuits. Nous nous retrouverons vendredi et repasserons une soirée ensemble. 

 

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Pause lecture le long de la Route Verte

Jeudi, nous retrouvons la Route Verte et apercevons un renard au loin. La journée se déroule tranquillement. En fin d'après-midi, nous arrivons à Saint Agapit. Nous profitons des sanitaires pour faire une toilette de chat et allons dîner dans le bistro du coin. A l’exception de Gilles qui commande un hamburger, nous craquons tous pour une pizza, et pour le dessert, nous nous partageons deux délicieuses parts de tarte aux pacanes (noix de pécan).

 

Nous partons ensuite à la recherche d'un bivouac pour la nuit. Nous installons notre camp sur le site d'une station de traitement des eaux usées.

 

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Notre bivouac au petit matin - Saint Agapit

Vendredi, nous plions le camp et retournons à la halte de Saint Agapit pour prendre notre petit-déjeuner. Nous apercevons un animal en chemin mais impossible de savoir ce que c’est. Maxime le prénomme l’animal inconnu. Il se met à pleuvoir. Nous petit déjeunons sous la pluie abrités sous les arbres. Nous prenons notre temps. Nous avons rendez-vous à 11h45 avec les cousins pour visiter une cabane à sucre située à 17km exactement.

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Maxime s'initie au métier à tisser - Saint Agapit

A côté de la halte se trouve l’atelier du cercle des fermières québécoises. J'y vais avec Maxime et nous découvrons de nombreux métiers à tisser ainsi que les créations, tissage, tricot, crochet... C’est vraiment joli. Maxime s’initie au tissage. Après leur partie de sudoku, Gilles et les filles vont également y faire un tour pendant que Maxime et moi discutons avec des cyclistes québécois. Nous avons tellement pris notre temps qu’il est déjà 10h45 et grand temps de partir.

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Ta tire à la neige - Cabane à sucre

Nous arrivons à l’heure à l’Erablière du Cap et rejoignons les cousins. Le propriétaire de la cabane à sucre nous explique la fabrication du sirop d’érable. Nous pique niquons sur place et dégustons la tire à la neige pour le dessert. Il s’agit de sirop d’érable chauffé et déposé sur de la neige. Ensuite on pose un bâtonnet dessus que l’on fait tourner et cela fait une petite sucette de sirop d’érable.

 

 

En repartant, Maxime laisse son vélo à Paloma et passe l’après-midi avec Fanny, Arnaud et Félicie. Nous devons pédaler une trentaine du kilomètres pour atteindre le camping. Paloma suit super bien malgré les montées. Nous traversons le fleuve Saint Laurent via le pont du Québec, long de presqu’un kilomètre.

 

 

 

 

Arrivés au camping, nous montons le camp et allons profiter de la petite piscine. Puis nous nous régalons d’un bon barbecue préparé et offert par les cousins. Le temps est orageux. Nous voyons des éclairs au loin sans les entendre. C’est super joli de voir les nuages s’éclairer. L’orage éclate en début de nuit mais nous sommes déjà à l’abri sous nos tentes à l’exception de Fanny et Gilles qui terminent leur discussion dans la voiture. 

 

 

Samedi, nous passons la matinée dans la piscine. Une partie de passe à dix se met en place, les enfants contre les adultes et c'est vraiment chouette de voir tout le monde jouer ensemble alors que nous ne nous connaissons pas. Nous pique-niquons au camping puis les cousins partent vers Québec. Nous terminons nos sacoches et partons en direction de Sainte Catherine de la Jacques Cartier. L'étape est courte mais assez fatigante, il fait très très chaud aujourd'hui.

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
Souper avec Isabelle et François

François nous accueille à bras ouverts, avec boissons fraiches et pastèque. Isabelle, sa femme, arrive un peu plus tard et quel plaisir de faire sa connaissance. Maxime est heureux de retrouver des jouets. Nous nous régalons de tournedos de poulets au barbecue accompagnés de riz et d'une délicieuse salade, et en dessert, glace servie dans des coupelles en gaufrette et le must, les enfants peuvent ajouter des petits vermicelles au chocolat. La soirée se termine autour du traditionnel feu de bois.

 

 

Dimanche, après un super bon petit déjeuner avec Isabelle et François, nous partons rejoindre les cousins à Québec pour visiter le musée de la Civilisation. François nous accompagne, Isabelle qui a un entretien d'embauche dans l'après-midi ne peut malheureusement pas se joindre à nous.

 

 

 

Un guide nous explique l'histoire du Québec, puis nous allons voir la salle dédiée aux Amérindiens et nous terminons notre visite par un petit spectacle pour enfants et une salle sur l'observation où il faut trouver des clés, ce qui nous amuse beaucoup. Nous allons ensuite dîner, hamburgers et poutines au menu.

 

Nous poursuivons notre visite de la ville avec François comme super guide. La ville de Québec est vraiment très jolie, j'ai l'impression d'être dans une petite ville fortifiée française.

 

 

En fin d'après-midi, c'est l'heure des au-revoir avec les cousins. Nous rentrons retrouver Isabelle et fêtons son embauche. Pour le souper, nous nous régalons d'hamburgers maison et de bonnes glaces pour le dessert, comme la veille et c'est toujours un régal. La soirée se passe autour du feu, François a ressorti sa guitare et nous observons également Saturne et Jupiter au télescope.

 

Mes petits bonheurs de la semaine

  • Mon matelas gonflé par Gilles.

  • Les retrouvailles et les moments de partage avec Fanny, Arnauld, Paloma et Félicie.

  • La vie dans la forêt dans l’univers de Jean.

  • Les sudokus avec Maxime.

  • Le chipmunk qui a frôlé ma roue avant.

  • M’allonger sur un banc sous un arbre et regarder les feuilles.

  • Manger une tarte aux pacanes.

  • Regarder les éclairs de chaleur.

  • M'essuyer avec une serviette éponge qui sent bon après la douche.

  • Manger des muffins chocolat/bananes faits par Isabelle.

 

Encore un grand merci pour vos messages et vos encouragements. Le voyage arrive à sa fin. Bien que l'année ait été pleine de rencontres, de découvertes, je ne l'ai pas vu passer.

 

Ce que j'attendais de ce voyage : "passer du temps avec ma troupe et partager avec elle des expériences communes, rompre avec le rythme "boulot, métro, dodo", faire de nouvelles rencontres, découvrir de nouvelles cultures, nouveaux paysages, oser aller vers l'inconnu et accepter de ne pas tout maîtriser.". Toutes ces attentes ont été réalisées. J'ai l'impression d'avoir vécu un autre mode de vie et je commence à prendre conscience que ce mode de vie va avoir une fin, car c'est un voyage que nous avons fait et qui dit voyage dit fin. Je sais que cette expérience va s'ouvrir sur une nouvelle aventure, je ne sais pas encore laquelle, ce ne sera peut être pas facile tous les jours mais ce sera chouette, car après un an à parcourir le monde sur mon vélo, je sais qu'il ne faut pas grand chose pour être heureux. Je vais m'efforcer à noter chaque jour mes petits bonheurs car ce sont eux qui font le sel de la vie. Si parmi vous certains se posent la question d'un tel voyage, ne vous créez pas de "fausses" excuses, foncez.

 

A très bientôt. Léna

 

 

LE BLOG DE MAXOU

 

Le sirop d'érable

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
La découverte du sirop d'érable par Maxime

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
La collecte de la sève et la fabrication du sirop d'érable de nos jours, par Maxime

 

Tour du monde à vélo en famille - Canada - QuébecTour du monde à vélo en famille - Canada - Québec
La cuve pour chauffer la sève d'érable

Le temps des sucres a lieu généralement de la mi mars à la mi avril car généralement il gèle la nuit et il dégèle le jour. Cette alternance de gel et dégel est nécessaire car elle permet la montée de la sève. Idéalement, la température doit être comprise entre -6°C et +6°C.

 

La taille minimale du tronc doit être de 20 cm de diamètre pour que l'arbre puisse cicatriser correctement et rester en bonne santé. Il faut collecter 40 litres de sève pour faire 1 litre de sirop d'érable.

 

 

Tour du monde à vélo en famille Canada MontréalTour du monde à vélo en famille Canada Montréal
Montréal

 

Lundi 8 juillet, nous nous réveillons tôt pour partir quand il ne fait pas trop chaud, Maxime nous prépare le petit-dèj puis nous décollons sous un beau soleil vers 8h45. Après 25km sans nous arrêter nous nous accordons une petite pause mais pas vraiment reposante puisqu’il y a des machines de sport.

Tour du monde à vélo en famille Canada MontréalTour du monde à vélo en famille Canada Montréal
Notre endroit pour pique-niquer

Quelques kilomètres plus tard nous faisons des courses pour le déjeuner et nous allons manger un peu plus loin dans un grand parc. Les moustiques sont au rendez-vous, nous enfilons nos pantalons.

Tour du monde à vélo en famille Canda MontréalTour du monde à vélo en famille Canda Montréal
Avant d'arriver dans la maison d'André

Il nous reste 15 kilomètres avant d’arriver dans la maison qu’André nous prête à Montréal. C’est un cycliste que nous avions rencontré sur les routes dans les rocheuses, il était accompagné de son cousin Francois que l’on a recroisé dans les plaines en pickup. Nous arrivons, nous nous installons, la maison est super, nous prenons une bonne douche, lançons la machine à laver et nous reposons. Papa pars faire des grosses courses et nous personnalisons une petite bouteille de vin pour André. Il passe nous voir et nous passons la fin de soirée avec lui en discutant autour de la table et je commence le célèbre Tower Bridge en kaplas avec Maxime.

Mardi, à 7h nous sommes levés. Maëlle nous prépare de bons pancakes pour le petit dej puis nous restons toute la matinée à la maison pour nous reposer. Nous profitons d’avoir du wifi et d’être posés pour appeler quelques personnes, mettre à jour le blog et jouer pour Maxou.

Tour du monde à vélo en famille Canada Montréal Tour du monde à vélo en famille Canada Montréal
Nous rejoignons les copains !

Nous sortons rejoindre des amis pour passer la soirée avec eux en passant par un magasin d’outdoor pour racheter un matelas pour Maëlle. Nous rejoignons nos amis dans « le quartier des festivals ». C’est la soirée des spectacles, nous nous posons dans un bar et observons les plusieurs spectacles qui s’offrent à nous tout en discutant. Pirouettes, jongleries, comédies sont au rendez-vous pour passer une bonne soirée.

Tour du monde à vélo en famille Canada MontréalTour du monde à vélo en famille Canada Montréal
Le grand spectacle final

Nous mangeons une Poutine avant d’aller voir le grand spectacle final puis nous rentrons vers minuit en voyant un putois sur la route.

Mercredi, je me réveille tard et quand je sors Maëlle nous a fait des œufs brouillées, nous prenons nos douches puis vers 10h45, nous sortons pour re-rejoindre nos amis de la veille pour passer la journée avec eux dans Montréal. Il fait très lourd et nous sommes contents d’être dans le métro pour la clim.

Tour du monde à vélo en famille canada MontréalTour du monde à vélo en famille canada Montréal
Les deux Mamans sur le belvédère du Montroyal

Nous nous rendons sur le belvédère de Mont Royal puis nous continuons notre balade pendant 4km.

Tour du monde à vélo en famille Canada MontréalTour du monde à vélo en famille Canada Montréal
Selfie avant d'aller pique-niquer

Nous allons faire des courses puis nous nous posons dans un parc pour faire un grand pique-nique et nous jouons au Frisbee. Ils nous ont préparé un petit panier surprise pour la suite de l’aventure. Dedans se trouve du produit anti-moustique, des moustiquaires de tête, des chamallows avec les piquets, et du beurre de cacahuètes. Nous nous promenons encore un peu et nous rentrons à la maison pour faire des courses et Maëlle nous prépare le dîner: des pommes de terres sautées avec du poisson pané. Cela fait du bien de cuisiner avec de vrai ustensiles.

Jeudi, la pluie est au rendez-vous, c’est le déluge. Heureusement nous sommes dans la maison. Nous restons toute la matinée à l’intérieur et quand nous nous décidons enfin à sortir il fait très chaud, il est 14h.

 

Nous prenons les transports et nous nous baladons pendant 3h en plein cœur de Montréal, nous allons voir un peu de tout, une sorte d'expo gratuite sur les barbies, nous nous rendons au vieux port et nous rentrons vers 17h.

 

 

Tour du monde à vélo en famille Canada MontréalTour du monde à vélo en famille Canada Montréal
Le vieux port

.

Tour du monde à vélo en famille Canada MontréalTour du monde à vélo en famille Canada Montréal
Sous l'abri bus en attendant que le déluge se calme

Quand nous sortons du bus une pluie monstrueuse s’abat sur nous, nous nous réfugions quelques minutes sous l’abri-bus et courons rejoindre la maison. Nous arrivons et un oisillon est par terre, il est tombé de son nid. Nous nous équipons d’un torchon et l’emmenons à l’intérieur le temps que la pluie se calme. Nous le gardons une quinzaine de minutes et le remettons dans son nid, il a même réussi à salir le plancher avec ses excréments. Pour le dîner, je cuisine des cookies, Maëlle refait des pancakes et nous faisons des pop corn au micro-ondes.

 

Vendredi, à 6h45 André vient nous dire au revoir, il doit partir au travail (en vélo bien sûr). Nous préparons tout, faisons les cartes postales puis nous partons pour une nouvelle étape de 60km.

Tour du monde à vélo en famille Canada Tour du monde à vélo en famille Canada
Le cycliste qui a cassé sa pédale

Pendant une pause, un cycliste s’arrête, nous lui demandons si il a un problème, effectivement, sa pédale est cassée. Manque de chance, nous avons jeté notre pédale de rechange. Nous la recollons à l’aide de superglue mais quand il repart, elle se casse de nouveau. Il habite à 5km d’ici, ce n’est pas très grave. Nous avons quand même sympathisé. Nous arrivons au camping, plantons les tentes sur un énorme terrain et allons nous baigner dans la piscine. Maxime se fait un copain, c’est plus facile depuis que l’on est au Québec de s’exprimer pour lui, il commençait à en avoir marre de ne jamais vraiment parler. La douche est payante donc nous la prenons avec une bouteille mais quand c’est le tour de Maxou, Papa débloque le monnayeur puis appuie 4 ou 5 fois comme pour mettre 5 pièces, il le referme et Maxime a une vraie douche chaude.

Tour du monde à vélo en famille canadaTour du monde à vélo en famille canada
Maëlle prépare le repas sur notre gigantesque terrain

Maëlle, pendant ce temps, prépare le repas: des pâtes.

Samedi, nous partons vers 9h après avoir fait notre gainage quotidien. Nous avons repris depuis la série 10 à Montréal. Nous roulons sur de la piste cyclable écartée de la route pour les voitures.

Tour du monde à vélo en famille CanadaTour du monde à vélo en famille Canada
La super piste cyclable

Après une bonne trentaine de kilomètres, nous arrivons dans une énorme zone commerciale. Nous allons au Walmart faire de grosses courses et s’acheter un petit paquet de glaces pour nous rafraîchir, il fait très chaud. Nous déjeunons sur une table tout près du supermarché, et continuons notre chemin. Nous arrivons au camping et nous découvrons que c’est un camping 4 étoiles. Papa et Maman vont à l’accueil et Max, Maëlle et moi prions pour que ça ne soit pas trop cher et que nous puissions rester ici et ne pas chercher un bivouac. C’est bon, nous pouvons rester ici, le prix est raisonnable. Nous allons voir si les douches sont encore payantes et effectivement c’est 1 dollar les 5 minutes. Papa débloque la machine et nous arrivons encore à avoir une douche gratuite. Max et Papa vont faire un saut à la piscine avant de se doucher pendant que Maman et Maëlle préparent une salade.

Tour du monde à vélo en famille Canada Tour du monde à vélo en famille Canada
Max à table sur notre emplacement

Quand nous avons finit de manger, Maxou et moi allons regarder "Astérix et le secret de la potion magique" à la salle communautaire. Maëlle nous rejoint pendant que Papa et Maman font un concours de sudoku dans leurs tentes.

 

 

 

 

 

 

Dimanche, nous partons vers 10h, il commence à pleuvoir après 20 kilomètres. Nous devons continuer jusqu’à Richemont où nous pourront manger. La pluie s’est calmée quand nous trouvons une table mais elle repart de plus belle quand nous sortons les affaires. Nous nous abritons en attendant que ça passe et après un concours de sudoku, nous repartons. Ce soir nous devons aller chez Jean Béliveau. C’est un marcheur qui a fait le tour du monde en 11 ans. Nous avons un livre dans nos sacoches qui vient de lui, dedans il raconte son voyage. Nous l’avons tous lu sauf Maxime. Et ce livre nous l’avons récupéré en Asie par d’autres cyclotouristes français. Thomas, est un jeune homme d’une trentaine d’année et il y a 5 ans, pendant qu’il voyageait à vélo, il a donné ce livre à un cyclotouriste français et lui a dit: « Transmet ce livre de cyclotouriste français en cyclotouriste français ». Le livre fait le tour du monde depuis 5 ans et il est dans nos sacoches en ce moment. Nous avons décider d’aller chez Jean Béliveau puisqu’il habite au Québec et Thomas est venu à l’occasion pour récupérer son livre. Nous croisons Thomas sur la route, il est venu en avion depuis Taïwan avec Bonnie, il nous décharge un peu car apparemment Jean habite en haut d’une colline. Cela nous paraît tout de suite plus facile avec 1 ou 2 sacoches en moins. Nous arrivons chez Jean.

Tour du monde à vélo en famille canada Jean BéliveauTour du monde à vélo en famille canada Jean Béliveau
Jean devant son dôme

Il a construit un dôme en plein milieu de la forêt, il est seul et y habite depuis 4 ans. Le dôme est génial ! Nous allumons un feu et discutons autour de celui-ci. Nous faisons chauffer de l’eau pour les douches, nous remplissons un saut et nous lavons. Nous descendons à la source où il récupère de l’eau potable et où il a son « frigo ». Son frigo c’est une cuve et de l’eau de la source fraîche à l'intérieur.

Tour du monde à vélo en famille canada Jean BéliveauTour du monde à vélo en famille canada Jean Béliveau
L'intérieur de son dôme

Nous préparons les pommes de terres, mettons la viande sur le barbecue et passons à table. Il nous raconte pleins de choses très intéressantes. Nous allons dormir dans le dôme. Papa et maman ont montés leur tente un peu plus loin. Demain nous allons faire la passation du livre et nous passerons une nouvelle journée en compagnie de Jean Béliveau.

 

 

 

 

C’était mon dernier article et merci beaucoup à tout ceux qui nous ont suivis et qui nous ont encouragé. Il ne nous reste plus que 2 semaines avant la fameuse FIN du voyage et chacun de nous appréhende un peu. Cela va nous faire du bien de rentrer et de retrouver des choses basiques comme un vrai lit. Encore merci à tous,

Au revoir,

Célia ❤️