• Steve Carlin

Comment se déroule une consultation de médiumnité ?

Updated: 27 nov 2019


ARTICLE À SUIVRE : comment se déroule une consultation de voyance ?


Tout petit, j’avais déjà une prédisposition aux disciplines intuitives. Je découvrais des évènements futurs par prémonition. De même, je percevais le passé de certains lieux visités sans qu’aucun élément ne puisse me le faire déduire : là aussi, en discutant avec les personnes rattachées à ces lieux, les histoires concordaient. Par la suite, il m’arrivait de percevoir des personnes défuntes qui me communiquaient leurs histoires ou leurs volontés. Ce qui peut être assez perturbant pour un enfant. C’est ce qui m’a poussé à développer une philosophie et une spiritualité à l’adolescence afin de ne pas rester enfermer dans un manichéisme judéo-chrétien et de prendre un véritable recul sur les croyances ainsi que la vie et la mort.

Pour ma part, je travaille avec des outils traditionnels, je ne me fie pas à des modes douteuses ou à des pratiques marketing agressives. Je suis soucieux de vérifier sans cesse les connaissances actuelles sur l’intuition/voyance/médiumnité, sans rester prisonnier d’un dogme ou un système. J’ai été légitimé par le milieu de la voyance et de la médiumnité grâce à mon expérience. Cela me fit participer à des festivals très tôt dans mon parcours professionnel. À 19 ans, j’étais déjà considéré comme un professionnel de voyance reconnu par la critique. Par la suite, mes études et ma pratique se sont tournées vers la recherche de compréhension des mécanismes de la voyance, de la médiumnité, de l’intuition et de l’énergétique.

Aujourd’hui, je suis fier de pouvoir enseigner mes connaissances ésotériques lors de conférences, d’ateliers et de cours, en parallèle de mon activité de praticien. Arriver à sortir nos disciplines de considérations frauduleuses ou des fausses-croyances est un des buts que je me suis fixé. C’est ce qui me motive à continuer mon activité et à proposer toujours plus de contenus sérieux. Depuis, après plusieurs années d’activité, mes recherches m’ont permis de participer à différents projets en parallèle de mon métier de voyant-médium, qui commencent à changer les idées que l’on se fait sur ce sujet. Il y a 6 ans déjà que ma clientèle m’a poussé à produire ce site et à l’étoffer d’articles et de conseils que l’on me demande régulièrement, afin de mieux appréhender la discipline de la voyance et de la médiumnité et de donner des clés leur permettant d’aller plus loin dans leur pratique. Ceci me permet d’être en contact permanent avec mes consultants et de pouvoir leur parler à travers ce support.

La voyance et la médiumnité en bref :


Depuis la nuit des temps, l’être humain cherche à connaître son avenir, dans le but de contrôler sa vie et d’éviter certains obstacles. Dans l’antiquité, les Oracles tenaient le rôle d’annonciateur. Les sibylles usaient de techniques divinatoires lors d’offices que l’on appelait la Pythie. Les Devins étaient les porte-paroles des divinités et entités. Le terme Voyance est relativement récent et provient de Clairvoyance. Quant à eux, les termes Médium et Médiumnité viennent d’Allan Kardec, le fondateur de la doctrine et philosophie spiritualiste : le spiritisme. Remis au goût du jour, il est rentré dans les mœurs d’aller voir un voyant ou un médium, qu’importe la classe sociale, l’âge ou le sexe. Aujourd’hui, nombreuses sont les personnes ayant déjà fait appel aux services d’un praticien, de la mère de famille au PDG d’entreprise.

  • La voyance est la capacité d’obtenir des informations (passé, présent et avenir) sans passer par des biais conventionnels.

  • La médiumnité est la capacité d’obtenir des informations relatives à un défunt ou une entité par des biais non-conventionnels.

Tout est histoire d’informations que le praticien pourra capter et interpréter par son ressenti sensoriel et son intuition.


Dans quel but consulter un médium ?


La médiumnité, même si elle a un tronc commun avec la voyance et la divination, s’emploie dans un cadre totalement différent. C’est une discipline qui permet d’interagir avec les défunts. Elle ne concerne pas du tout l’avenir ou des évènements n’ayant aucun lien avec le défunt.

Contacter un défunt peut avoir comme intérêt de lui poser des questions précises sur sa vie, ses idées, ses secrets, etc. Cela peut aussi être utile durant la phase de deuil, pour permettre d’exprimer une dernière volonté, ou un dernier au-revoir. Mais ne vous attendez à poser la question à un défunt : « vais-je avoir une augmentation dans mon travail ? ».


Cela s’adresse à qui ?


Aux personnes ayant une personne disparue avec qui ils voudraient rentrer en contact pour savoir des choses ou aider le défunt à partir complétement, c’est ce qu’on appelle un travail de psychopompe ou vulgairement « passeur d’âme ». Évidemment, cela ne s’adresse pas aux personnes mineures ou sous-tutelles.



Dans quelle mesure peut-on contacter un défunt ?


C’est un sujet épineux, auquel il n’existe aucune règle ou découverte majeure. Mais d’après mon expérience et mes recherches, contacter un défunt au-delà de 5 ans s’avère compliqué voire impossible, sauf cas particulier où le défunt serait coincé dans un plan énergétique intermédiaire.



Déroulement d’une consultation de médiumnité :


La séance de médiumnité est très différente d’une consultation de voyance. Au préalable, tous les praticiens, moi y compris, devons nous y préparer (purification, mise en disposition, etc.).

Le consultant doit envoyer un objet ayant appartenu au défunt. Quelque chose de simple, pas forcément de précieux, même une mèche de cheveux datant de quelques mois après le décès (et cela est encore plus efficace). Sinon, un objet qui le représente bien et qu’il aurait manipulé ou porté. Cela va me permettre par psychométrie (toucher astral/sensoriel) de capter ce qu’on appelle l’ichnogène (c’est la signature énergétique d’une personne, comme un ADN en quelque sorte). Ayant cette information en main, il me sera alors possible de remontrer sa trace et établir un lien énergétique avec le défunt afin de rentrer en contact avec lui. Évidemment, cet objet vous sera restitué après consultation.

Dès lors, le défunt me transmettra des informations qui seront retranscrit par mes sens, puis conceptualisé et symbolisé par des images mentales que je devrais alors interpréter pour les vos restituer avec le plus de clarté possible en mot.


Les règles d’or pour le consultant :


· Le consultant ne doit pas prendre de consultation de manière récréative, ni pour se faire plaisir et encore moins pour se faire remonter le moral.
· Le consultant doit être disponible et dans un endroit au calme et silencieux lors de la consultation, sans être gêné par des distractions environnantes.
· Le consultant ne doit pas venir avec des idées préconçues issues de ses croyances, avec ce qu’il projette ou espère comme réponses, ni avec les paroles d’autres praticiens.
· Le consultant doit par la suite exposer ses explications et le plus clairement possible ses questions, qu’il reformulera avec le praticien qui le guidera afin de développer de manière logique la consultation.
· Pendant la phase de questionnement, le consultant ne doit intervenir que si le praticien le lui a suggéré.
· Le consultant doit préparer à l’avance ses questions, qu’il soumettra au praticien qui les reformulera si besoin. Car lorsque le contact est établi, nous n’avons pas le temps de réfléchir à d’énièmes questions sans interrompre la communication. Les questions doivent uniquement orientées vers le défunt, il est donc inutile de lui poser celles auxquelles il n’aurait su répondre de son vivant. De même, les questions doivent être concrètes et ne pas porter sur la métaphysique (comment cela se passe dans la vie après la mort par exemple car c’est relatif au défunt et il ne peut donner de réponses dans l’absolu). Les questions d’ordre énergétique pourront être posées au praticien qui, grâce à son entraînement, pourra déceler certaines informations.

Les devoirs du praticien :


· Le praticien ne doit pas chercher des informations usuelles auprès du consultant, cela pourrait lui donner l’illusion d’un contact par visualisation créatrice au lieu d’un véritable échange avec le défunt.
· Le praticien se doit de donner quelques précisions sur la personne à des fins d’identification et non pas des assertions courantes du style « votre grand-mère aimait les fleurs ».
· Le praticien se doit de n’omettre aucune information qu’il aurait perçu mais se doit de les annoncer sans brusquerie pour ne pas bousculer le consultant.

Les différents aspects de la médiumnité :


Selon les cas, la médiumnité peut se manifester sous différentes formes. Elle peut être tantôt calme et limpide comme plus abrupte, violente ou provoquer des réactions physiques. Ou encore des réactions émotionnelles intenses auprès du consultant, il peut être secoué ou dans des cas de deuil récent, il se peut qu’il se retrouve dans une phase de déchargement émotionnelle (dont il ne faut pas avoir peur ou en être gêné, c’est un processus naturel et légitime). Évidemment, je suis entraîné à toutes sortes d’éventualité car tout peut arriver pendant une séance.

La médiumnité peut fortement varier selon le défunt et le type de questions posées. Dans le cas du défunt, certaines questions peuvent lui paraître complexes, peuvent le mettre en colère ou provoquer en lui d’autres émotions qui le pousserait à partir. De même certaines réponses peuvent lui être difficiles à exprimer ou carrément impossible.

Dans le cas du consultant, des questions d’héritage et de mésentente avec l’entourage, d’accidents graves, d’évènements marquants, etc. peuvent amener des réponses troublantes ou inattendues.

Pour cela il est important que le praticien soit compétent dans les rapports humains afin de guider le consultant après la séance.



Accompagnement du consultant après le contact médiumnique :


Pour la majorité des praticiens, la consultation s’arrête ici. Cependant, pour ma part, une fois la consultation terminée et la situation analysée dans sa globalité, il me sera possible de vous guider avec des outils simples et efficaces selon les besoins du défunt. Je saurai par exemple détecter si un schème astral (concrétion énergétique des croyances et images que sont les endeuillés) parasite le défunt ou le consultant et comment éliminer cette nuisance.

Comme il est possible de vous donner des clés d’accompagnement énergétique afin de guider le défunt à ne plus rester bloqué dans un plan énergétique intermédiaire ou encore comment subvenir à ses requêtes pour conclure une histoire qu’il a en suspens.

De même, il est important d’avoir un discours rationnel en fin de consultation afin d’aider le consultant à ne pas rentrer dans une dépendance morbide à la médiumnité.

Ce sont des outils d’accompagnement primordiaux qui ne doivent jamais être négligés.


Pour prendre une consultation de médiumnité :

Pour prendre une consultation, il est nécessaire de m’envoyer un mail ou de m’appeler (par préférence) afin de prendre contact et de positionner un rendez-vous selon nos horaires respectifs.
La consultation à distance doit être réglée au moins 24h avant le rendez-vous afin qu’il soit validé à cause d’abus de rendez-vous annulés. La consultation en face-à-face peut être payée sur place.
Le tarif d’une consultation de médiumnité est à 80€.
Le règlement se fait soit par PayPal, soit par virement, soit par chèque, soit par Western Union/Moneygram/…
Il faudra m’envoyer une photo du défunt avec ses nom, prénoms, dates de naissance et de mort, ainsi qu’un objet lui correspondant et qu’il aurait porté ; à cette adresse :
Steve Carlin, 6 rue Smolett, 06300 Nice, France.
Numéro de téléphone pour me joindre : 0650959835

#voyance #médiumnité #séance #consultation #france #nice #stevecarlin #retouraffectif #énergétique #spirituel #spiritualité #avenir #voyant #intuition #guidance #futur #défunts #fantôme #entité #esprit

Merci Special à Sébastien Le Maôut et Clarybelle de m’avoir aidé sur cet article.