Rechercher

Le regard d'une étoile

Mis à jour : oct 29

En avril dernier, ça a fait un an que mon amoureux et moi sommes revenus à Montréal, à trois. Je commence à réaliser ce qui m’est arrivé, ce nouveau rôle de maman à accompagner ce petit être vulnérable et si fort à la fois, une étoile qui ne cesse de briller, malgré l’ampleur de son vécu du haut de ses deux ans et demi.

 

Notre histoire d’amour, puisque c’en est une, a débuté bien avant l’arrivée de cette précieuse étoile. Dès les premières réflexions sur l’adoption, je sentais naître un amour profond, un amour puissant pour un être dont je ne connaissais pas encore l’existence. Et cet amour n’a fait que croître jour après jour, démarches après démarches, devenant toujours plus grand au fil des frustrations, des découragements, des joies, des délais du processus d’adoption. Au final, les procédures avant l’adoption se sont passées plus vites que prévu, mais ça aura pris un an entre le moment où j’ai vu la photo de cet enfant qui allait être mien et le moment où j’ai pu aller à sa rencontre. Deux grands yeux jais, purs, doux semblant dire ‘’coucou, me voilà!’’. Un an dans la vie d’un enfant, c’est énorme. Chaque journée supplémentaire à l’attendre était une journée de plus à m’imaginer les pires scénarios et les meilleurs (ok, surtout les pires…), mais surtout une journée de plus pour lui passée dans un orphelinat; un bon, mais surpeuplé.

 

Le grand jour arriva enfin. Rien ni personne n’aurait pu me préparer à voir ce regard terrorisé, terrorisé de quitter tous ses repères pour partir avec deux étrangers. L’histoire du petit prince est pour moi ressourçante depuis longtemps, j’y puise de grandes leçons, de la patience, de la motivation, du recul et la force de poursuivre, un pas à la fois. Et c’est ce qui se passe depuis ce grand jour. Ça a pris plusieurs mois avant que cette petite étoile accepte un brin d’amour. Qui plus est, mon chum et moi sommes un couple amoureux, alors petite étoile voyait déjà beaucoup d’amour...et c’était souvent trop pour elle. Plusieurs tempêtes, ouragans, tsunamis sont survenus (et surviennent encore) dans son coeur de petite étoile, jour et nuit. Et nous, papa et maman, avons fait de notre mieux, mis notre amour de côté plusieurs fois pour ne pas étouffer cette petite étoile qui ne pouvait pas en tolérer autant, et le lui avons offert au compte-gouttes, à son rythme. Apprendre à connaître le réconfort est une chose, apprendre à tolérer qu’il soit permanent, qu’il restera peu importe les tempêtes, est sans doute encore plus terrifiant pour un coeur qui a connu trop tôt l’abandon.

 

On dit qu’une image vaut mille mots; alors je me suis imaginée que dans le coeur de cette petite étoile, devait y avoir des tempêtes tropicales dont elle-même n’en avait pas le contrôle. Chacune d’elle a été nécessaire dans son parcours, lui a permis de survivre. Les prochaines seront tout autant nécessaires pour cheminer, ensemble. Elles m’ont permis de démontrer à ma petite étoile que peu m’importait l’intensité de la tempête: moi, tout comme son papa, j’allais rester là pour l’accompagner et tenter de lui offrir le mieux pour répondre à ses besoins d’étoile.

 

Dans la dernière année, à travers toutes ces montagnes russes, j’ai pu voir le regard de cette petite étoile changer, s’ouvrir, fleurir. Maintenant, son regard de petite étoile pétille et brille tel le soleil. Ses yeux s’illuminent quand il voit papa et maman, quand vient le temps des parties de chatouille, quand il demande à jouer au hockey et qu’on dit oui, quand nous partons en balade en famille, ... son regard brille quand il essaie de nous faire rire, quand il demande un câlin et de monter dans le lit au petit matin pour être ‘’collé-collé’’ à papa et maman. Son regard brille quand il dit ‘’ t’aime maman’’. Chaque fois, une larme coule sur ma joue, une larme d’amour. Petite étoile s’émerveille devant le soleil, devant les oiseaux, devant les écureuils qui courent, devant un avion dans le ciel, devant... la vie.

 

Émilie, maman de petite étoile

259 vues