• André Lacasse

REER ou CELI?

REER ou au CELI, lequel choisir? Il m’arrive souvent de me faire poser cette question. La réponse n’est pas si simple, surtout pour un planificateur financier puisqu’elle doit tenir compte de plusieurs éléments. Alors, quel conseil donner?

Si vous avez une capacité d’épargne substantielle, inutile de réfléchir : mon conseil est de cotiser aux deux. Mais au Québec, la majorité n’a pas ce luxe; en effet, avec un revenu moyen de 59 822$, les ménages ont de la difficulté à trouver l'argent nécessaire pour faire un choix.

Différences entre les comptes REER et CELI

D’abord, disons-le, ces deux véhicules de placement bénéficient d’avantages fiscaux intéressants. On pourrait les résumer en mentionnant qu'une cotisation au régime enregistré d'épargne-retraite (REER) permet d’obtenir une déduction d’impôt à court terme mais qu’il sera imposable au retrait. Quant au CELI, il n'y aura pas d’allègement fiscal à la cotisation mais aucun impôt ne sera prélevé au retrait ni sur le capital, ni sur le rendement.

Ces deux placements sont à l'abri de l'impôt une fois la cotisation effectuée et ce, jusqu’au retrait.

REER ou CELI lequel choisirREER ou CELI lequel choisir

Même si on peut utiliser des outils en ligne pour s’amuser à faire des calculs à partir des taux marginaux d’imposition pour «prouver » qu’une option est plus avantageuse qu’une autre, l’exercice est dangereux étant donné qu’on ne connait ni votre taux d’imposition et vos revenus futurs, ni les stratégies de décaissement retenues lorsque vous atteindrez la retraite. Voilà pourquoi il est important de demander des conseils avant de choisir un compte ou un autre.

Après en avoir discuté avec votre planificateur financier, vos choix entre le REER et le CELI pour investir vos fonds si chèrement gagnés dépendront des deux questions suivantes :

Quels sont vos objectifs?

Est-ce que votre plan de retraite actuel permet d’atteindre vos objectifs?

Ce n’est qu’en répondant à ces deux questions que vous saurez faire un choix pour votre cotisation. Mais avant de se lancer dans des conseils, regardons diverses situations où il est avantageux de choisir entre un REER et un CELI.

REER plus avantageux

- Si vous êtes en début de carrière et que vous rêvez de devenir propriétaire, le REER, pour éventuellement bénéficier du Régime d'accession à la propriété (RAP), pourra être privilégié. En effet, il sera possible d’effectuer un retrait sans retenue d’impôt. Le REER peut donc servir à autre chose que la retraite. Acheter une propriété est d'ailleurs l'une des 7 décisions à prendre pour viser l'indépendance financière. Il sera donc possible, moyennant certaines règles, de retirer jusqu’à 35 000$ sans impôts pour votre mise de fonds.

​- Avec des enfants, le simple fait de cotiser à son REER aura pour effet de réduire le revenu imposable, ce qui, par ricochet, augmentera considérablement certaines mesures fiscales comme l’Allocation canadienne pour enfants (Canada) et le Soutien aux enfants du gouvernement du Québec. Cet article démontre que dans certains cas, le retour d’impôt total peut atteindre 80%.

​- Plusieurs, dont les propriétaires d'entreprises, n’ont pas la chance de cotiser à un fonds de pension à prestations déterminées, ce qui rend le plan d'épargne essentiel. Et si vous recherchez un bon conseil, l’argent provenant de votre retour d’impôt devra être réinvesti dans votre CELI : vous augmenterez votre capacité d’épargne.

​- Le taux marginal d’imposition du revenu le plus élevé pour les résidents du Québec atteint 53,3%. Si vous êtes dans cette situation, il est facile de comprendre qu’une cotisation REER vaut le coup. Pour connaitre votre taux d’imposition, vous pouvez utiliser ce calculateur.

​Dans toutes ces situations, je recommande fortement de consulter un planificateur financier avant de prendre une décision au niveau des choix de placements. Dans certains cas, un comptable professionnel agréé pourra clarifier les impacts réels d’une cotisation REER. Ne négligez pas leurs conseils.

Vérifiez toujours vos droits de cotisation inutilisés avant d'épargner dans l'un ou l'autre.

Dans de nombreux articles écrits au cours des dernières années, j’insiste sur le fait qu’il faut éviter à tout prix de se faire influencer par les publicités des grandes institutions financières qui vous incitent à cotiser à votre REER en février, sans parler de l'importance des conseils. Votre argent, gagné à la dure, doit être investi de la manière la plus optimale possible.

La « saison » REER ou la « campagne » REER ne sont que des inventions des départements marketing : des outils pour vous inciter à acheter un produit.

Vous pouvez effectuer une cotisation à votre REER à tous les jours de l'année si vous le souhaitez. L’important est de suivre les conseils qui vont de pair avec votre plan de retraite. C'est ce plan de retraite qui dictera les montants périodiques à investir.

CELI plus avantageux

- Si vous avez la chance d’avoir un généreux fonds de pension qui vous garantira un revenu élevé à la retraite (et par le fait même un taux d’imposition élevé), le CELI pourrait être avantageux puisqu’il ne sera pas ajouté au revenu lors du retrait. Vos placements n'auront donc aucun impact sur la récupération de la prestation de la sécurité de vieillesse (PSV). Les économies d’impôt pourraient être importantes.

- Le CELI est plus flexible. Personne ne peut prévoir un coup dur et la possibilité d’y avoir accès facilement ne doit pas être négligée.

- Contrairement aux REER qui doivent être retirés selon un pourcentage dès l’âge de 71 ans, et donc rajoutés à vos revenus, il n’y a pas d’âge pour retirer un CELI. Ceux qui n'ont pas besoin de cet argent peuvent laisser leurs placements fructifier davantage.

- Un retrait CELI à la retraite n’affecte en rien certaines mesures fiscales somme le «supplément de revenu garanti » et pourrait permettre de reporter les retraits REER le plus longtemps possible.

- Certains crédits d’impôt diminuent à mesure que le revenu augmente. Avoir des fonds dans un CELI qui peuvent être retirés lorsqu'on atteint ces seuils, n’augmentera pas le revenu imposable.

Comme on peut le voir, il est difficile, voire impossible de faire un choix éclairé sans avoir pris le temps de procéder à une analyse approfondie de votre situation. Même s'il existe des outils sur le web qui peuvent vous aider, un planificateur financier peut vous supporter pour identifier vos priorités en toute confidentialité et ainsi effectuer le bon choix.

N’oubliez pas que votre situation demeure unique et donc, la réponse à la question REER ou CELI, lequel choisir ? sera unique également, surtout si votre budget familial ne permet pas de maximiser vos cotisations.